Nous sommes le 16 Avr 2024 02:30




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
MessagePosté: 17 Oct 2013 09:25 
Hors ligne
Marcheur (euse)
Marcheur (euse)

Inscription: 12 Sep 2013 22:04
Messages: 15
Bonjour !

Il suffit de demander !

Zelain (encore lui! ;) ), me signale une mention d'un Bernard Etchebest sur le monument au mort de Montory, mais sans précision de date.

http://www.memorial-genweb.org/~memoria ... 4&table=bp

Et une Marguerite Etchebest, "déportée et veuve de passeur", citée à la p. 284 des "Fougères de la liberté" d’Émilienne Eychenne, dans les "témoignages oraux recueillis". Elle est aussi mentionnée avec "son époux", et sans doute la sœur de celui-ci à la p. 290:

http://books.google.fr/books?id=Eut-AAA ... CEsQ6AEwBA

A suivre....


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Nov 2013 19:49 
Hors ligne
Marcheur (euse)
Marcheur (euse)

Inscription: 12 Sep 2013 22:04
Messages: 15
Bonsoir à tous !

Une correspondante m'a communiqué un article de Sud Ouest sur Pierre Inda, disparu au mois d'août:

http://www.sudouest.fr/2013/08/09/la-re ... 4-4187.php

Je le scannerai sous peu.

Il y est aussi question du Réseau comète, sur le site duquel on trouve bien des choses intéressantes concernant le passage par les Pyrénées.

http://www.evasioncomete.org/index.htm

À noter qu'il existe aussi un site des "Amis du Réseau Comète" au Pays Basque,

http://cometepaysbasque.blogspot.fr/

qui veillent à "entretenir la flamme" du souvenir:

http://www.sudouest.fr/2013/09/12/les-a ... 6-3944.php

Elle m'a aussi transmis ce texte, tiré des Entretiens de Claude Meyer avec Michel Mottay (p. 51-53), intitulés : "Être Juif à Saint-Jean de Luz pendant les années noires, 1939-1945". Ce fascicule semble ne plus être disponible en librairie.
Il y est question d'un passage de la frontière par Sainte Engrâce.
Le texte manque hélas de précision. Mais peut-être les frères Eyheramendy y ont-ils joué un rôle. L'itinéraire partant de Montory semble se rapprocher de celui de Pierre Durban.
(J'ai corrigé entre crochets [...] les erreurs de toponymie).

Le refuge en Espagne

"En février 1942, les époux Meyer préparent le passage en Espagne de leurs deux fils, Jacques et Claude, réfugiés dans une ferme, à Lambeye [Lembeye], près de Pau. La somme convenue avec le passeur est réglée (2 000 F), mais le passeur tait faux bond et les deux frères se retrouvent seuls, abandonnés, sans un sou vaillant. Le conducteur routier d'une scierie, compatissant et courageux, les cache sous le chargement de bois de son camion et, après avoir franchi plusieurs barrages allemands, il les conduit en lieu sûr. Avant de les quitter, il leur donne une importante somme d'argent. Après la libération, Claude et son frère ont recherché cet inconnu pour le rembourser … et le remercier. Ils n'ont jamais pu retrouver sa trace.

Toujours en 1942, Claude est rejoint par son frère Jacques, à Lembeye, pour tenter une seconde fois de passer ensemble en Espagne. Ils ont pris un car jusqu'à la côte de Montaurie [Montory], entre Oloron et Mauléon, où ils sont arrivés vers 19h 30. Après une sévère mise en garde du chauffeur, ils ont pris contact avec leurs quatre passeurs - des Basques, dans les cinquante ans - et le groupe constitué par huit Belges et un Hollandais, condamnés à mort par les Allemands, tous munis de fausses cartes d'identité établies à Limoges.

Ils se mettent en route et marchent toute la nuit, jusqu'à à 6h 30, vers la montagne, en zone interdite. C'était une bande de territoire, dans le département, au sud de la zone libre, le long de la frontière espagnole, de Saint-Jean Pied de Port au col d'Aubisque. À Saint-Engrace [Sainte Engrâce], à 150 mètres d'un poste de la gendarmerie allemande, les passeurs les quittent en les laissant aux bons soins d'un fermier qui les dissimule dans une grange, sous du foin.

La nuit suivante, avec un nouveau passeur, le groupe se remet en marche vers l'Espagne. Trois heures avant d'arriver, Claude, épuisé, est pris de vomissements. Il réussit à convaincre son frère de continuer sans lui et revient seul à la ferme. Il y restera enfermé quinze jours, occupé le soir à aider les enfants à faire leur travail scolaire.

Son frère Jacques, le Hollandais et les Belges ont réussi à atteindre l'Espagne où ils ont été incarcérés, d'abord à Saubron [Sobron], puis, en 1943, au camp de Miranda. Ils ont pu ensuite choisir de gagner l'Algérie par Gibraltar. Jacques a ultérieurement rejoint l'Angleterre, mais on l'a fait revenir à Alger. Hébergé par Paul Pichegru, un militaire originaire de Saint-Jean de Luz, il devint, à 23 ans, journaliste à Radio Alger. Claude Meyer précise que son frère parlait et écrivait avec beaucoup de facilité. « Dès l'âge de 16 ans, raconte-t-il, il participait activement aux meetings politiques à Socoa, avec Monsieur et Madame Hiriarborde, instituteurs communistes de Saint-Jean de Luz ».

Jacques Meyer, devenu journaliste-correspondant de l'année Leclerc, participa au débarquement des troupes alliées en Provence. Après la Libération, il devint directeur de l'information à Saint-Quentin. Il gagna ensuite Paris, où il devint reporter à Paris-Presse, puis à Combat, avec Albert Camus.

Comme journaliste sous le nom de Jacques Méry et comme témoin, il participa au voyage clandestin, dans des conditions précaires, de 620 Juifs immigrants, à bord d'un navire parti de France pour rallier clandestinement la Palestine. Il raconta cette odyssée, dans son livre " Laissez passer mon peuple ", préfacé par Albert Camus, publié en 1947 et dédié à son père. C'est lui qui, à Bordeaux puis à Biarritz, suivit l'affaire Da Silva Ramos, ce diplomate portugais qui sauva la vie de très nombreux Juifs en leur signant, jusqu'à sa révocation, des visas pour le Portugal.

Pour raison de santé, Jacques Méry-Meyer abandonna le métier de journaliste pour tenir à Saintes, comme son frère Claude à Saint-Jean de Luz, un magasin de prêt-à-porter. Il est décédé en 1993."

A bientôt.
Jidé


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Fév 2024 11:35 
Hors ligne
Promeneur (neuse)
Promeneur (neuse)

Inscription: 17 Fév 2024 11:19
Messages: 1
Bonjour, s'il y a encore des participants de cette discussion sur les passages des Pyrénées en 1943, je signale la prochaine parution d'un livre sur le passeur Michel Olazabal, écrit par une des ses filles.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Fév 2024 20:51 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 12 Juin 2006 11:21
Messages: 5597
Localisation: TOULOUSE
Bonsoir

Quel dommage qu'on ne puisse plus accéder aux pages orange qui ont été citées dans ce fil de discussion si émouvant.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Fév 2024 19:06 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 21 Fév 2009 20:50
Messages: 2821
Localisation: sud landes
Belhay a écrit:
je signale la prochaine parution d'un livre sur le passeur Michel Olazabal, écrit par une des ses filles.
Bonjour Belhay, savez où cela sera t il édité ?
Et puisque ce très vieux post remonte, je vais en profiter pour vous donner des nouvelles des vagues promesses que j'avais fait à l'époque.
J'ai visité 3 fois la borne frontière 250 au port de Belay, la dernière fois elle était bien droite et bien propre.
Par contre, pour retrouver le cheminement décrit pour rejoindre le col des 3 croix au pied du pic Jaura depuis Bilho.....Ce fut une autre histoire :mrgreen: :mrgreen:
Au départ de Bilho, l'ancien chemin en balcon au dessus de la route de ST Engrâsse existe toujours et était quand l'ai suivi bien agréable et à priori encore utilisé.
Hélas, la remontée par le ravin de Suhutze est impossible. J'étais parti avec la ferme intention de réouvrir ce passage si nécessaire, équipé d'une machette au cas où. Aucune trace même de petite sente à l'entrée du ravin. Je me décale donc un peu à flanc et là, je trouve des chasseurs et leur demande si on peut atteindre le col des 3 croix. Ils m'ont pris pour un fou je crois bien :ange: :ange:
Retour au fond et sortie de la machette...J'ai bataillé une bonne heure et au vu du chemin parcouru et des ampoules qui commencaient à s'allumer au creux de la main, j'ai abandonné. Eh oui, tout petit bras quand on pense à ce que les candidats au passage ont du endurer.
Autre idée: Et si je partais du col des 3 croix pour descendre ?
Un peu échaudé, je me suis arrêté à la ferme Espondaburu, le gite du guide Didier Constance pour lui soumettre la chose.
La réponse est catégorique, c'est non. Il avait du y descendre avec une débroussailleuse pour récupérer une brebis et avait du renoncer.
Fin de l'histoire et résumé de Didier constance:
Même en y mettant le temps et l'énergie nécessaire, qui va repasser par cet itinéraire ? Vite après il faudrait tout recommencer.
Bon, en plus sympa, la balade en crête entre le col des 3 croix et le Bimbaleta c'est bien long mais vraiment à faire au moins une fois :super: :super:

_________________
En la cuesta del mudo...Se callan los que coren !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tour de France 2010 dans les Pyrénées

mitomat

12

11034

07 Juil 2010 22:25

ors Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Documentaire "Parc national des Pyrénées" sur France 5

VAL44

0

5480

19 Sep 2018 20:31

VAL44 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Météo France

Chrystel

10

11267

31 Mar 2008 16:20

Saradeilhois Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A voir sur france 3

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

laurence

17

17268

04 Nov 2012 11:38

Pteam Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 2600 France

dinosaure

7

8116

05 Mar 2018 20:10

lpnaute Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 14 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: