Figures pyrénéennes
Ramond de Carbonnières Louis François Elisabeth (1755-1827)

Portrait de personnages qui ont marqué les Pyrénées. Par leurs exploits sportifs, par leurs découvertes, par leurs récits ils ont contribué à l'histoire des Pyrénées. Cette liste n'est qu'une selection de personnalités ayant rapport au pyrénéisme et à ce qui s'en rapproche.

Louis Ramond, né le 4 janvier 1755, est le fils de Pierre-Bernard Ramond (1715-1796), trésorier de guerre, et de Reine-Rosalie Eisentraut (1732-1762). Il est considéré comme l'un des premiers explorateurs de la haute montagne pyrénéenne pouvant être qualifié de pyrénéiste.

Il commença à étudier le droit à l’université de Strasbourg en 1775 et devint avocat en février 1777. Il se lia d’amitié avec un autre étudiant, Jakob Michael Reinhold Lenz (1751-1792), écrivain du courant Sturm und Drang. Ramond découvrit alors la littérature romantique allemande et notamment les Souffrances du jeune Werther de Goethe (1749-1832), ce qui le décida à se lancer dans l’écriture. Il publia en 1777 Les Dernières aventures du jeune d’Olban.

Ramond entreprit, en mai 1777, un voyage en Suisse. Il y rencontra des écrivains et des poètes, mais aussi des savants : le théologien Johann Kaspar Lavater (1741-1801), les zoologistes Albrecht von Haller (1708-1777) et Charles Bonnet (1720-1793) ; il retrouva aussi son ami Lenz. Les deux hommes partagèrent une expérience extatique en contemplant la vallée du Rhin. Ramond se prit de passion pour la haute montagne. Quelques jours plus tard, Lenz vécut sa première crise de démence. En 1778, il fit paraître les Élégies, empreintes de son amour pour la nature. Des extraits en furent publiés la même année dans le Journal des Dames de Claude-Joseph Dorat (1734-1780).

En 1779, Ramond et son père s’installèrent à Paris. En 1780, Louis publia La Guerre d’Alsace pendant le Grand Schisme d’Occident, épopée romantique et historique. Mais la capitale n’était pas encore sensible au romantisme venu d’Allemagne et il ne rencontra pas l’accueil qu’il espérait.

Il quitta alors Paris et retourna à Strasbourg, où il se mit au service du cardinal de Louis René Édouard de Rohan (1734-1803), prince de Rohan et cardinal-archevêque de Strasbourg, célèbre pour avoir pris part à l’affaire du collier de la reine. Auprès du prince, Ramond voyagea beaucoup et rencontra de nombreuses personnalités. Le cardinal fut envoyé en exil à La Chaise-Dieu en juin 1786. Il partit en Auvergne accompagné par son fidèle secrétaire. Ramond découvrit la flore de cette région. Le cardinal souhaitait aller dans une ville thermale dans les Pyrénées et Ramond partit en éclaireur. Les deux hommes passèrent l’été et l’automne 1787 à Barèges. Afin de mieux connaître la formation géologique de cette montagne, qui faisait alors l’objet de controverses alimentées notamment par la théorie de Déodat Gratet de Dolomieu (1750-1801), et de savoir si elle était granitique, comme les Alpes, ou calcaire, comme les montagnes que l'on croyait plus anciennes, Ramond commença à explorer ce massif. Il parcourut les zones les plus hautes de Gavarnie à la Maladetta.

Ramond quitta le cardinal en décembre 1788, lorsque celui-ci fut autorisé à revenir à Strasbourg. Il s’installa à Paris et fit paraître en 1789 ses premières Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des observations sur les Alpes. Pour se perfectionner en histoire naturelle, il suivit alors les cours de Jussieu (1748-1836) et René Desfontaines (1780-1831) au Jardin du Roi.

Il se lança également dans la politique et fut élu en septembre 1791 député de Paris. Il appartenait au club des Feuillants. Il défendit en 1792 les prêtres réfractaires dont la déportation avait été votée. Ramond soutint passionnément l’action de La Fayette, qui tentait d’apaiser les ardeurs des jacobins. Menacé, il préféra fuir Paris en août et se réfugia dans les Pyrénées. Surveillé et considéré comme suspect, il s'installa à Barèges, où il multiplia les herborisations et les observations géologiques. Il fut arrêté en 1794 et accusé d’être un ennemi de la Révolution. Emprisonné à Tarbes pendant sept mois, il échappa de peu à la guillotine.

Il se consacra alors exclusivement à l’histoire naturelle. Il correspondit avec Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818) et divers botanistes dont René Desfontaines, Jean Thore (1762-1823) et Dominique Villars (1745-1814).

À partir de 1796, il enseigna, comme professeur d'histoire naturelle, à la nouvelle École centrale de Tarbes[2]. Ses cours rencontrèrent immédiatement un grand succès. Devenu un spécialiste en botanique et géologie des Pyrénées centrales, il put enfin, en 1797, mener à bien un projet qui l’habitait depuis longtemps : atteindre le sommet du Mont Perdu (3 355 mètres) pour trancher la controverse qui l'opposait à Dolomieu et Lapeyrouse sur l'âge primitif des calcaires de la chaîne centrale.

L’expédition, qui comprenait une quinzaine de personnes, dont Picot de Lapeyrouse et plusieurs de ses élèves, trouva de nombreux fossiles, mais n’atteignit pas le sommet. Le récit de l'ascension parut en 1797 sous le titre de Voyage au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées. Le 7 septembre de la même année, toujours accompagné de ses élèves dont Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), Ramond de Carbonnières mena une seconde tentative. L'administrateur et forestier Étienne-François Dralet (1760-1844) participa aussi à cette ascension. Mais ce n’est qu’en 1802 qu’il atteignit enfin le sommet. Ramond relata son expédition dans le Journal de Mines (en thermidor an XI), ce qui lui valut une reconnaissance certaine des savants de son époque. Il correspondait notamment avec René Just Haüy (1743-1822), Alexandre Brongniart (1770-1847), Boudon de Saint-Amans (1748-1831). Il devint membre de l’Académie des Sciences en janvier 1802.

Après la fermeture de l'École centrale de Tarbes, en 1800, il revint à Paris en tant que membre du Conseil constitutionnel.

De 1800 à 1806, il siégea à l’Assemblée et participa aux travaux de la Société des observateurs de l'homme. En 1805, il avait épousé Bonne-Olympe, veuve du général Louis-Nicolas Chérin, la fille de son ami Bon-Joseph Dacier (1742-1833).

Ami de Napoléon, il fut nommé vice-président du Corps législatif, puis en 1806, préfet du Puy-de-Dôme. Il passa plus de temps à herboriser ou à faire des relevés météorologiques qu’à s’occuper d’administration. Ce qui ne l’empêcha pas d’être fait baron d'Empire en décembre 1809.

Il fit paraître en 1815 Nivellement des Monts Dores et des Monts Dômes disposé par ordre de terrains. La même année, il fut élu député du Puy-de-Dôme. En 1818, il fut nommé au Conseil d'État et ne quitta plus la capitale que pour se rendre en Auvergne. En 1821, il passa l’été en Auvergne avec René Desfontaines et deux jeunes naturalistes Victor Jacquemont (1801-1832) et le comte Hippolyte Jaubert (1798-1874). Il publia enfin, en 1825, Sur l’état de la végétation au sommet du Pic du Midi.

Il meurt à Paris le 14 mai 1827. Il est enterré au cimetière de Montmartre.


12345678910111213141516171819202122232425

2627282930313233



 
Sommet de la page 
-

 [L'OURS DANS LES PYRÉNÉES]

  23/03/2012
Le point sur la population d'ours dans les Pyrénées: En 2011, 22 ours ont été détectés dont 1 ourson mort en cours d'été
01/01/2012 [Des pièges à ours découverts en Couserans: verre pilé, produit toxique et térébenthine ont été découverts mi-décembre à proximité du parking dit de "La Pucelle" dans la Vallée de l'Orle]
18/11/2011 [Les résultats d'analyse génétique indiquent clairement que l'ourson est descendant de l'ourse Pollen (fille de Hvala née en 2007) et de l'ours Pyros]
09/11/2011 [Epilogue de l'opération "Aidez-nous à baptiser les oursons", qui a connu un énorme succès. Les oursons nés en 2010 ont un nom]
14/10/2011 [Cette année encore, les prédations dues à l'ours dans les Pyrénées sont restées faibles : environ 165 brebis, soit moins de 1% des pertes et ce malgré l'augmentation du nombre d'ours]
30/09/2011 [Le problème de l’ours rugit toujours autant en Ariège. Cette fois-ci, il est question de la mise en place de patrouilleurs volontaires pour limiter les risques de braconnage]
27/09/2011 [Le Parc National des Pyrénées fait le compte des brebis tuées par l'ours cet été. Au total, 13 morts de brebis sont directement imputables à l'ours et 5 le seront au bénéfice du doute]
21/09/2011 [Le temps est venu de trouver un nom aux oursons nés en 2010 dans les Pyrénées: 3 femelles et 1 mâle. Aidez l'association Pays de l'Ours-Adet à les baptiser]
31/08/2011 [Le gouvernement a beau avoir renoncé à introduire une ourse, la colère gronde chez les opposants au plantigrade qui n'excluent pas de réserver un sort funeste à l'animal]
09/08/2011 [Une observation visuelle du 28 juillet 2011 atteste de la présence d’une femelle adulte accompagnée d’au moins 2 oursons de l’année en Ariège]
13/07/2011 [Un cadavre d’ourson de l’année découvert en Ariège. Une autopsie sera réalisée par un docteur vétérinaire afin d'établir des informations plus précises sur la cause de la mort]
11/07/2011 [La Commission européenne a demandé à la France de lâcher une femelle ours dans les Pyrénées malgré l'opposition des éleveurs, car elle a "l'obligation de conserver l'espèce"]
08/07/2011 [Etonné d'une remarque du coprésident de l'Aspap, François Arcangeli invite l'Aspap à tenir une réunion publique à Arbas]
30/06/2011 [Après avoir passé plusieurs années en Haute-Ariège, et même fréquenté l'Aude et les Pyrénées-Orientales, Balou est depuis début juin revenu dans le noyau central des Pyrénées : Comminges, Val d'Aran]
29/06/2011 [A chaque attaque d'ours, les associations d'opposants sollicitent les médias qui relaient l'info. Elles ne disent jamais mot des autres causes de mortalité qui représentent pourtant 99% des pertes]
25/06/2011 [Cannelle, la dernière ourse de souche pure du versant français des Pyrénées, tuée par un chasseur en 2004, doit être prochainement remis au Muséum d'Histoire naturelle de Toulouse]
22/06/2011 [Les associations environnementales ont boycotté la première réunione un comité sur la biodiversité suite au renoncemet de l'introduction d'une ourse dans le massif]
10/06/2011 [Après l’annonce de la décision de Nicolas Sarkozy, mercredi dernier, de ne pas procéder au lâcher de l’ourse slovène dans le Béarn, les réactions sont vives]
08/06/2011 [A l'appel de Pays de l'Ours – Adet, tous les anciens Ministres de l'Environnement depuis les premiers lâchers en 1996 soutiennent la restauration de la population d'ours dans les Pyrénées]
01/06/2011 [Le ministère de l’écologie a confirmé l’information donné par l'organisation mondiale de protection de la nature (WWF) et l'association Adet-Pays de l'ours : il n’y aura finalement pas de lâcher d’ours dans les Pyrénées cette année]
28/05/2011 [Le projet de réintroduction d'une ourse dans les Pyrénées fait l'objet d'un arbitrage du chef de l'État. La décision devait être annoncée cette semaine au terme d'une réunion interministérielle]
24/05/2011 [L'ours est devenu, dans les Pyrénées, le symbole de la confrontation de deux conceptions de l'avenir, regrette le grand défenseur de la nature Hubert Reeves]
24/05/2011 [La date du prochain lâcher sera déterminée "a priori cette semaine" lors d'une réunion interministérielle. Il interviendrait avant le 10 juin, peut-être en vallée d'Aspe]
21/05/2011 [Le Conseil national de protection de la nature, réuni hier à Paris, a donné un avis favorable à l'introduction en Béarn d'une ourse provenant de Slovénie. Aucune date n'est officiellement avancée, mais l'on parle de la semaine prochaine]
20/05/2011 [C’est lundi 23 mai que la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, devrait rendre publique sa décision quant à la réintroduction d’une ourse slovène dans les Pyrénées Atlantiques]
19/05/2011 [Aujourd’hui, 19 mai 2011, marque le 15e anniversaire du premier lâcher d’une ourse dans les Pyrénées. C’est le jour qu’a choisi Nathalie Kosciusko-Morizet pour présenter la nouvelle stratégie nationale de la France en matière de biodiversité]
07/05/2011 [Le neuvième lâcher d'un ours slovène prévu dans les Pyrénées ce printemps n'est pas encore décidé qu'il ranime déjà la querelle entre pro et anti divisant le massif depuis 30 ans]
26/04/2011 [Balou, sorti d'hibernation depuis environ un mois, n'est donc pas allé voir ailleurs si les pâturages étaient plus verts : il est toujours là, aux confins de l'Ariège et de l'Aude]
18/04/2011 [Deux cents personnes qui se sont rassemblées à Laruns, samedi, pour manifester leur refus au projet de la réintroduction d’ourse dans le Béarn]
08/04/2011 [Le rapport annuel 2010 de la synthèse du suivi de l'ours brun dans les Pyrénées effectué par les membres du Réseau Ours Brun vient d'être révélé]
Archives 2010 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2009 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2008 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2007 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2006 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2005 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2004 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2003 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2002 [Les nouvelles pour l'année écoulée]
Archives 2001 [Les nouvelles pour l'année écoulée]

 [PIC DU MIDI DE BIGORRE]

  04/04/2012
Le Pic du Midi poursuit ses efforts pour améliorer sa rentabilité et son attractivité. Son chiffre d'affaires annuel flirte en 2011 avec les 4 M€ HT soit +5% par rapport à 2010
10/07/2011 [Le Pic du Midi en partenariat avec les Vins Brumont et les producteurs locaux propose les Soirées du Goût au sommet du Pic pendant les mois de juillet et aôut]
30/06/2011 [Des chefs étoilés, 160 invités dont 43 journalistes, ont participé au 10e anniversaire de l'ouverture au public du pic du Midi, lundi 27 juin]
28/04/2011 [Dix ans après le démarrage de l'exploitation touristique du pic du Midi, le pari est en passe d'être réussi. Fréquentation et chiffre d'affaires en hausse, baisse de la participation des collectivités en témoignent]

 [FIGURES PYRÉNÉENNES]

Charles Packe 1826-1896 [Lire le portrait]
  Maurice Gourdon 1847-1941
Il est l'un des premiers à écrire sur l'Andorre, il explore les Encantats, mais son terrain de prédilection est le Luchonnais, il consacrera plus de 60 ans de sa vie active aux Pyrénées
Lucien Briet 1860-1921 [Lire le portrait]
Henry Patrice Marie Russell 1834-1909 [Lire le portrait]
Liste complète [De a à z]

 [ADRESSES UTILES]

  Sélection d'adresses
Retrouvez les adresses des principaux clubs, fédérations , associations, organisations, syndicats etc... relatives au monde de la montagne et de la rando

 [PICS DE PLUS DE 3000M]

212 sommets pyrénéens de 3000 m et plus [Voir la liste]
-
REFUGES & GITES
refuges
STATIONS
stations
OURS
ours
PIC DU MIDI
picdumidi
ADRESSES
adresses
3000
3000
BOUTIQUE
pteamshop
PYRENEISTES
personnages
HORS MASSIF
horsmassif
 
Adresses   |   Dossiers   |   Refuges & Gîtes    |   Actus    |   Photos
Liens    |   Randos   |   Conseils   |   Stations    |   Hors Massif    |   Accueil    |   Forums    |   Contact
Powered by Pteam 2000 / 2013 v3.4.2
Emploi en France