Nous sommes le 20 Aoû 2018 23:31




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: plaidoyer pour cannelle
MessagePosté: 09 Mar 2006 15:07 
Hors ligne
Randonneur (euse)
Randonneur (euse)

Inscription: 14 Déc 2004 23:19
Messages: 36
voici le titre d'un livre sorti dernièrement qui vous permettra d'apprendre
beaucoup de choses sur cet animal et qui donne l'avis de tous les protagonnistes sur sa survie ou sa disparition, on y découvre la réalité des enjeux que cela suscite (politique, berger, protecteur...)
un livre écrit avec intelligence et justesse.
a recommander a vos amis (15,20€ a la fnac)


sachez que l'addition de nos erreurs sera payée par nos enfants et petits enfants..

a méditer!


extrait :

Le 1er novembre 2004, Cannelle, dernière ourse autochtone des Pyrénées, est abattue d’un coup de fusil (1). Véritable cri du cœur d’un naturaliste qui voit comment notre « Amazonie pyrénéenne » est menacée par l’homme et qui tente d’expliquer comment doit cohabiter, aujourd’hui, ce couple improbable.

Problème n° 1 : la prédation sur les troupeaux domestiques. Dans les Pyrénées, les attaques débutent au mois de mai pour se terminer en octobre, avec une pointe en septembre : « C’est la période où les troupeaux sont présents en moyenne et en haute montagne ». Le pic d’agressivité correspond à l’époque où l’ours accumule des graisses pour l’hiver, au moment où les troupeaux sont nombreux et où le gardiennage se relâche suite au tarissement des brebis. Les attaques sont, majoritairement, nocturnes, lors de conditions météorologiques perturbées : orages, pluie, brouillard, un bétail en forêt ou en lisière et un berger éloigné. L’ours est probablement plus végétarien que mangeur de viande. Quelques « hécatombes » proviennent de l’affolement du troupeau qui se précipite du haut des barres rocheuses lors de ses attaques.

Chaque dégât, déclaré par le berger, fait l’objet d’une expertise par un agent du Parc national ou de l’ONCFS. Un dossier est élaboré et passe devant une commission d’indemnisation. En 2005, une brebis laitière a été dédommagée 132 ¤, le manque à gagner a été estimé à 46 ¤et la prime de dérangement pour l’attaque du troupeau s’est élevée à 115 ¤. Au total : 293 Euros.

« L’ours a été longtemps chassé comme nuisible et sa destruction encouragée ». Après la fermeture de la chasse, en 1957, et la limitation des battues administratives, en 1958, beaucoup d’ours sont morts empoisonnés afin de « compenser » l’insuffisance et la longueur de la compensation des dommages. Il faut rappeler que le berger passe trois mois en haute montagne avec des brebis laitières qu’il trait près de sa cabane où il fabrique le fromage. « Le berger connaît chacune de ses brebis et y est très attaché ».

De temps immémorial, l’ours fait partie de la vie de l’homme dans les Pyrénées. « C’est un élément du patrimoine naturel, culturel, social et mythique européen ». L’ours brun apparu dans les Pyrénées, il y a 100000 ans, est contemporain de l’homme de néanderthal. Il est utilisé pour la survie des humains et sa peau, sa fourrure, sa graisse, ses os, sa viande, font l’affaire. Il est l’objet de représentations graphiques, de sculptures sur la pierre, sur les galets ou les os ou les parois des grottes, de silhouettes modelées dans l’argile. Par sa force, sa puissance, sa capacité de dormir en hiver, l’ours a toujours fasciné l’homme : « Son réveil au printemps incarnait le réveil à la vie et, de ce fait, pouvait en faire l’objet de culte ou de rites ». Pitié pour les futurs Cannelle, Camille, Claude, Néré, Papillon qui traverseront, encore, nos forêts et, parfois, rencontreront le montagnard, ce concurrent qui l’aime et l’admire… malgré tout.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Mar 2006 21:29 
Hors ligne
Randonneur (euse)
Randonneur (euse)
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Nov 2005 16:26
Messages: 49
ce que tu dis igouan est tres interessant, dans l'absolu, tu as parfaitement raison.
rassure moi un peu, que fais tu dans la vie ?
je suppose que tu ne vis pas la rude vie des bergers des hautes montagnes ?
il y a peu, sur les écrans, fût diffusée une émission traitant des rapports conflictuels entre les bergers et les loups, dans les alpes françaises.
j'y ai vu des hommes passionnés, attentifs au bien être de leurs troupeaux, vivant le fusil à la main, pour se protéger des attaques nocturnes. ils m'ont parus bien fatigués, à bout de tout, et près à commettre l'irréparable. Montrés du doigt par des donneurs de leçons qui ne vivraient surement pas longtemps, si les roles étaient inversés.
je ne suis pas bergers, mais un citadin, amoureux de la nature. Juste un citadin qui n'oublie pas la rude vie des personnes séjournant, à l'année, sur les hauteurs que nombre de citadins ne fréquentent que sous des cieux propices, et en vacances.
j'essaie d'imaginer des solutions, que préconisent certains coeurs purs, au nom d'un retour à la vie traditionnelle et au maintien de la bio diversité (une cause défendable en soi). Des bergers vivant comme dans les décennies et les siècles écoulés, au milieu de leurs troupeaux, à la rude, pour protéger leur cheptel des convoitises des prédateurs tapis dans les ténèbres.
combien de citadins, moi le premier, pourraient-ils raisonnablement supporter ce genre d'existence, durablement, au seul pretexte que les bêtes abattues seraient indemnisées par les autorités.

ceci n'est qu'une question, qui a au moins un mérite : au delà des interets partisans, ne pas oublier les hommes et les femmes qui vivent rudement sur les hauteurs, des hauteurs ou ils ont leurs racines, des hauteurs que nous chérissons tous.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Mar 2006 19:51 
Hors ligne
Alpiniste
Alpiniste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Juin 2005 09:14
Messages: 100
Localisation: ariège
Il est rassurant de voir que ce sujet brûlant, est encore dans le coeur de sujets avertis. Igouan merci pour cette référence, je fonce à la FNAC!!!! Nounours, change vite de pseudo! (non, je rigole :D ).
Tu as raison de rapeler les difficultés rencontrer par les bergers et personnes vivant en montagne à longueur d'année; mais si tu le veux bien je vais nuancer tes propos.
Tout d'abord quand tu dis : "ne pas oublier les hommes et les femmes qui vivent rudement sur les hauteurs, des hauteurs ou ils ont leurs RACINES" . Tout à fait d'accord mais que penses-tu des "racines" de l'ours qui comme le rappel Igouan"est contemporain de l’homme de néanderthal".
De plus arêtons de voir l'ours comme un monstre féroce. Certe c'est un prédateur, mais je ne pense pas que ce soit un "prédateur tapis dans les ténèbres"; arêtons de fabuler...
N'est-ce pas plutôt l'Homme qui ne connait pas ses frontières. La montagne n'était initialement pas son terrain. il y a construit remonté mécanique et hôtel pour son confort. Il y supprime ours et loup pour pouvoir faire son élévage, pour randonnée... L'homme ne sait peut être pas s'arrêter? Il y a trop d'ours ou trop d'homme?
J'ai vu la même émission que toi concernant le loup dans les Alpes. Dans ce débat stérile, ne penses-tu pas que la présence, de personnes comme le bénévole (pro-réintroduction du loup) dans nos paturâge; ferait avancé les choses?

_________________
FREE TIBET


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Mar 2006 20:25 
Hors ligne
Randonneur (euse)
Randonneur (euse)
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Nov 2005 16:26
Messages: 49
je ne pense pas fabuler, et j'aimerais, dans le meilleur des mondes, que humains et prédateurs introduits ou réintroduits puissent coexister harmonieusement. je pense surtout à ceux qui vivent dans les secteurs concernés, il est vrai que le problème parait plus crucial dans les pays de l'ours que place du capitole, à toulouse. :)
Je pense à ces pyrénéens qui s'accrochent encore à leur pays, et que l'absence de perspectives économiques locales, n'a pas encore poussé à émigrer dans les villes, ou ils seront alors tristement déracinés. tiens il faudrait peut-être songer à introduire ou réintroduire, des béarnais ou des massatois dans les quartiers toulousains ou parisiens, avé le berét, cà va de soi ...

je pense aussi, mais c'est un autre débat, (mais qui ressemble aussi à celui succité par l'introduction de prédateurs), à certaines bourgades de pêcheurs méditérranéennes, ou les pêcheurs sont devenus si rares, qu'ils ne servent plus qu'à illustrer, (entre qq barques fraîchement repeintes et gisants dans les ports), les cartes postales que s'empressent d'acheter les néo riverains avides d'authenticité.
concernant la participation des bénévoles, dont tu parles, je ne crois pas, aussi motivés soit-ils, parce qu'ils ne font que passer, que les problème soit un jour résolu par leur présence éphémère, enfin l'avenir nous le dira.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Mar 2006 21:45 
Hors ligne
Alpiniste
Alpiniste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Juin 2005 09:14
Messages: 100
Localisation: ariège
C'est marrant que tu parles de Massat, mes parents habitent dans la vallée du col de port (tu as l'air de connaître). C'est clair que pour rien au monde les massatois (par exemple!!!) iraient à toulouse ou autre grande ville, nos montagnes sont trop belle. Dans mon premier poste je voulais juste souligner que l'ours était là avant nous. Si nous devons parler de racines, celles de l'ours semblent bien plus importante que celle de l'homme.
De même, précisons que tout "pyrénéens" ne sont pas forcement contre la réintroduction de l'ours. A massat (je parle de ce que je connais); pour un berger contre l'ours tu as au moins un garde forestier pour ce dernier. Pour un chasseur contre l'ours tu as une infermière pour ... etc ...
Face a cette partie d'extrémiste pour ou contre l'introduction de l'ours, tu as aussi une très grande partie, modéré face à cette question. Parfois pour, parfois contre, ces pyrénéistes ont en peut être aussi marre de ces remous. Barrage de route, tags, coupure d'électricité même à la maison de retraite... Qu'ils soient pour ou contre ces extrémistes sont loin d'avoir bonne presse dans nos cantons. Tout le monde le sait, le pyrénéiste aime être tranquille: comme l'ours!

_________________
FREE TIBET


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Mar 2006 22:08 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 12 Fév 2006 17:52
Messages: 54
Localisation: Ariège 09
le débat est complexe et ne peut se résumer à chacun des points de vues. cependant le pastoralisme (activité saisonnière) est partiellement perturbé par la présence d'un féroce prédateur qui devaste avec autant de volonté agneaux et myrtilles !!! (ceci devrait inspirer les plus cuisiniers d'entre nous).
la conscience des bergers d'estives (pour les fréquenter REGULIEREMENT en période estivale et période hivernale) les amènent à regrouper quotidiennement 1 à 2 fois leur troupeau ceux qui leur vaut des efforts de longues durées dans des endroits pas forcement évidents. curieusement ces mêmes éleveurs ne sont pas contre la présence de l'ours.
Par contre, certaines estives profitent d'avantages géographique et d'une politique de grande liberté quant aux déplacements du troupeau ce qui fait que ce dernier n'est regroupé qu'une à deux fois par semaine.
il n'est pas difficile à comprendre que l'activité comparée de ces deux façons de gérer l'estive en rendent l'une plus aisée que l'autre... l'aisance est-elle profitable ? l'aisance est-elle de la facilité ? la qualité du cheptel est-elle meilleure ?
Ainsi quand certains opposants se rangent derrière l'argument du surcroit de travail alors qu'ours ou pas ours leurs confrères réalisent cette tâche supplémentaire je reste septique...
combien de guerres veraient le jour si chacun d'entre nous prenait les armes chaques fois qu'il juge telle ou telle chose nuisible ? personnellement je n'aurais plus voisins, d'abord les 2 plus proches, puis les 2 suivants, puis il n'y aurait plus de chiens non plus c'est chiant les chiens qui aboient...
Etant donné que ce qui différencie l'homme de l'animal c'est la pensée, alors qu'on utilise celle ci pour s'adapter et non pour modifier et encore moins détruire ce qui nous précède et qui nous succédera


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: remettons nous a notre place !
MessagePosté: 11 Mar 2006 17:54 
Hors ligne
Randonneur (euse)
Randonneur (euse)

Inscription: 14 Déc 2004 23:19
Messages: 36
extrait du post de 6ril

voici un discours simple et juste que beaucoup de méditer !!!!


Tu as raison de rapeler les difficultés rencontrer par les bergers et personnes vivant en montagne à longueur d'année; mais si tu le veux De plus arêtons de voir l'ours comme un monstre féroce. Certe c'est un prédateur, mais je ne pense pas que ce soit un "prédateur tapis dans les ténèbres"; arêtons de fabuler...
N'est-ce pas plutôt l'Homme qui ne connait pas ses frontières. La montagne n'était initialement pas son terrain. il y a construit remonté mécanique et hôtel pour son confort. Il y supprime ours et loup pour pouvoir faire son élévage, pour randonnée... L'homme ne sait peut être pas s'arrêter? Il y a trop d'ours ou trop d'homme?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 11 Mar 2006 18:32 
Hors ligne
Randonneur (euse)
Randonneur (euse)

Inscription: 14 Déc 2004 23:19
Messages: 36
extrait du post de valier 2838


combien de guerres veraient le jour si chacun d'entre nous prenait les armes chaques fois qu'il juge telle ou telle chose nuisible ? personnellement je n'aurais plus voisins, d'abord les 2 plus proches, puis les 2 suivants, puis il n'y aurait plus de chiens non plus c'est chiant les chiens qui aboient...
Etant donné que ce qui différencie l'homme de l'animal c'est la pensée, alors qu'on utilise celle ci pour s'adapter et non pour modifier et encore moins détruire ce qui nous précède et qui nous succédera

pour ma part :

être berger a ce jour est en effet un rude métier, mais arrêtons ce n'est pas la mine non plus, beaucoup de gens ont des métiers beaucoup plus dur avec des salaire bien en deça de leur peines.
la nature à creer la biodiversité et nous humains n'avons aucuns droits sur la vie ou la mort d'une autre espece.mais beaucoup de devoirs comme d'avoir le moins d'impact possible sur l'environnement qui nous abrite et qui nous fait vivre, d'autant que le massif pyrénéen était le domaine de l'ours bien avant que l'on y mettent nos exigences et notre soif de règne et d'égoisme.
nous sommes au sommet de toutes les chaines alimentaires et cette position nous oblige à des devoirs, comme le respect des autres espèces vivantes, surtout n'oublions pas que nous ne sommes que les locataires de cette petite planete que l'on nomme terre ! et a l'echelle du temps de l'univers nous sommes present que quelques minutes alors mettons les a profit pour des actions réfléchis et utiles.
c'est notre nombre sur cette planète qui nous donnent l'illusion d'avoir tout les droits mais peut être aussi peut être celui qui nous perdra.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 11 Mar 2006 21:17 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 12 Fév 2006 17:52
Messages: 54
Localisation: Ariège 09
je ne vois pas pourquoi tu sites en rouge mes propos qui sont en accord parfait avec les tiens si ce n'est que tu as eu l'inspiration de bien les développer et les rédiger.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Mar 2006 12:11 
Hors ligne
Alpiniste
Alpiniste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Avr 2004 18:15
Messages: 145
Localisation: vosges
Bonjour à tous,

Juste un peu de quoi "alimenter" la réflexion (j'aime bien l'agneau mais je n'ai encore jamais goûté d'ours :roll: : )

1°) Qui était là le premier ?

Question sans aucun fondement ! Les espèces vivantes "colonisent" des espaces ou bien se déplacent soit périodiquement soit définitivement selon qu'elles sont sédentaires ou migratrices (pour résumer, car c'est parfois encore plus compliqué que cela). Le droit des espèces les plus anciennes (toutes ne sont pas apparues en même temps) est-il forcément le plus important ? Ce sont les reptiles et les insectes qui vont être contents !

Je crois qu'il s'agit avant tout d'un équilibre naturel qui se fait par ailleurs tout seul, au gré du temps, de l'évolution, des circonstances du moment etc. même si les activités humaines ont très largement accéléré cela. Par ailleurs le "droit de l'ours" semble bien plus émouvoir nos congénères que celui des termites ou de n'importe quelle "p'tite bébête" de quelques mm qui restent inconnues du plus grand nombre. Peut-être aussi qu'on se sent moins "menacé" par ces petites bébêtes justement. Et c'est probablement ce qui fait toute la différence.

Notre planète est en constant changement depuis toujours, la seule chose qui diffère c'est désormais le poids de l'homme dans cette affaire et la question de "survie" des espèces qui se pose avec d'autant plus d'acuité que nous en sommes conscients.

2°) Pour l'activité des bergers et autres :

D'abord n'oublions pas que les pyrénées se sont largement dépeuplées au fil du vingtième siècle et que le taux de pression était bien plus important au XIXème siècle (il y a quoiqu'on en dise bien plus de ruines en montagne que de bâtiments flambant neuf). Même si le tourisme induit des surfréquentations dans certains secteurs. Donc pas si simple... Surtout que les raisons de la présence de l'homme dans la montagne ne sont plus en relation avec des activités que l'on pourrait qualifier "d'utiles" comme l'aurait si bien dit Russell.

Ensuite, toutes les activités pastorales n'ont pas les mêmes exigences : ceux qui font de l'élevage de bouche ne doivent pas rester quasiment en permanence avec leurs troupeaux (le plus souvent ils ne montent qu'une fois par semaine) contrairement à l'élevage "laitier", où la nécessité de la traite impose une présence quotidienne. C'est notamment la différence entre l'italie et la France à propos du loup. Plus on est présent sur le terrain et plus il semble facile de protéger ses bêtes (ce qui ne veut pas dire moins contraignant et stressant). Le surcoût imposé par une surveillance pour ceux qui n'auraient pas à la faire s'ils étaient toujours présents est très dommageable à leur chiffre d'affaire et peut mettre en péril leur exploitation. N'oublions pas que ces gens là ont également besoin de manger et qu'ils travaillent pour cela. Les intérêts économiques n'ont rien de "sale" au demeurant quand il s'agit simplement de faire "bouillir sa popote". Tout le monde en est là... Les bergers ne font pas le marché ou les spéculations... Et puis qui regarderait son troupeau dévasté (c'est à dire son travail) sans sourciller ? Un ingénieur au même titre n'aimerait pas voir son travail effacé de son ordinateur par je ne sais quel virus ou plantage informatique, là ce n'est pas la cause qui prime (quoique) c'est l'effet !

3°) Quant aux droits et devoirs de l'homme sur la planète, notion bien... humaine ! Effectivement l'homme est conscient, il pense, ça le différencie de ses "co-locataires". Et puis, qu'il le croit ou non, ses pouvoirs sur la nature sont incommensurables, mais bien plus ou mauvais sens du terme (pouvoir de destruction) qu'au bon sens du terme (effets "bénéfiques" sur la planète). C'est effectivement pour cela qu'il doit se positionner. Il devra faire des choix, mais que seuls les êtres doués de raison pourront "juger". Le seul juge de l'homme c'est l'homme (à moins qu'on ait des convictions religieuses qui disent autre chose, à ne pas négliger non plus en ces temps de montée religieuse). Et je ne dis pas cela par hasard, car nous l'avons remarqué dans quelques mails plus hauts, la dimension culturelle de la place de l'ours n'est jamais bien loin, qu'il s'agisse de mythe, de légende, de perception du monde qui nous entoure ou autre... Dans d'autres civilisations, la frontière entre les hommes et les animaux est d'ailleurs des plus ténues, c'est le moins que l'on puisse dire...

Bon je n'ai pas le temps de continuer ces petits propos, je dois m'en aller, suite de mes élucubrations au prochain épisode...

_________________
Chacha


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A la mémoire de cannelle !!!

igouan

0

3000

07 Mai 2007 17:40

igouan Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cannelle : les chasseurs savaient !

Sebastos

1

3732

01 Nov 2006 00:35

Pap'ours Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cannelle sur France culture.com

Tirauclair

0

3047

04 Déc 2007 20:57

Tirauclair Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. la réintroduction de nouveaux ours apres la mort de cannelle

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

igouan

50

33913

13 Mai 2005 20:56

wishbone Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pour ou contre la battue pour refouler Franska ?

Sebastos

1

3438

01 Aoû 2006 20:11

Sebastos Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: